Trouver sa voie et sa voix

Après deux ACV à 25 ans, Sandro François s’est relevé moralement et physiquement. 

Le 17 mai 2010, ma vie a basculé. C’est le jour où j’ai subi un premier accident vasculaire cérébral (AVC), avant d’en connaître un autre à peine un mois plus tard. J’avais 25 ans et je rêvais de devenir lutteur professionnel. Toutefois, du jour au lendemain, on m’a appris que je ne pourrais plus marcher.

Mon parcours de remise sur pied a commencé par un séjour à l’Institut de réadaptation Gingras-Lindsay-de-Montréal d’octobre à décembre 2010. C’est à ce moment que j’ai compris qu’il faudrait travailler fort pour réapprendre des choses aussi simples que parler, lire ou me déplacer. Cela allait être possible grâce à une équipe de professionnels dévoués : physiothérapeute, ergothérapeute, nutritionniste, orthophoniste, travailleuse sociale et éducateur spécialisé.

Au début, j’évitais d’échanger avec les gens, car j’étais trop gêné par mes difficultés d’élocution.

Victime d’un drame inattendu dans sa jeune vingtaine,
Sandro a transformé le tout pour en faire une histoire
inspirante de courage et de persévérance. 

Le bonheur est dans la piscine

Ensuite, j’ai reçu des soins pendant deux ans au Centre de réadaptation Lucie-Bruneau. Là encore, j’ai pu y compter sur divers spécialistes. En plus de ceux déjà engagés dans le processus, j’ai pu bénéficier de plusieurs experts : kinésiologue, psychologue, neuropsychologue, psychiatre et sexologue. C’est d’ailleurs à Lucie-Bruneau que j’ai ressenti le plus grand soulagement de toute cette période difficile, au moment de la physiothérapie dans la piscine.

Depuis, j’ai gardé un lien avec Ève, une orthophoniste. Elle m’a aidé à accepter le changement de ma voix externe, car celle-ci elle est devenue totalement différente de ma voix précédente. De temps en temps, je retourne visiter Lucie-Bruneau, car cela me fait du bien moralement de voir mes anciens intervenants.

Donner au suivant

Sans ces professionnels dévoués de la réadaptation, je ne pourrais pas aujourd’hui m’exprimer aussi facilement ou marcher sans aide. Afin de souligner le 10e anniversaire de mon AVC, j’ai relevé le défi de marcher 10 kilomètres en mai dernier!

Grâce à Gingras-Lindsay et à Lucie-Bruneau, je ne laisse plus la crainte de prendre la parole en public changer mes actions et maintenant je peux désormais me concentrer sur comment continuer l’évolution amorcée ensemble.

Aujourd’hui, si je souhaite partager mon histoire, c’est que je vois comme mon devoir de contribuer à améliorer les services offerts et surtout d’aider d’autres personnes à vivre une période de vie très difficile.

Sandro François
Victime d’un double AVC

« Je remercie du plus profond de mon cœur les intervenants qui m’ont aidé. C’est grâce à leur superbe travail avec moi que je suis en position d’offrir des conseils et de transmettre mon histoire »