Matériel LSQ

La Fondation RÉA finance le renouvellement du matériel de formation de la langue des signes québécoise (LSQ).

L’Institut Raymond-Dewar assure la formation de la langue des signes québécoise (LSQ) depuis plusieurs décennies. Un nombre exceptionnel de gens y ont appris la langue et la culture de la communauté sourde. De 2012 à 2016, plus de 2 600 personnes de 11 à 79 ans y ont participé à différents niveaux de la formation (LSQ 1 à 6). C’est souvent pour eux un premier contact avec une personne sourde, puisque l’enseignement est assuré par des enseignants sourds. Pour cette raison et pour l’importance que revêt l’enseignement de la LSQ pour l’Institut Raymond-Dewar et le CIUSSS, la Fondation RÉA soutient le projet visant à moderniser et mettre à jour le matériel d’enseignement.

Acquisition d’un Visual Eyes 505M

La Fondation RÉA finance, à la hauteur de 10 500 $, l’acquisition d’un équipement spécialisé qui aidera des experts de Lucie-Bruneau à procurer des soins et des traitements toujours plus efficaces en matière de problèmes vestibulaires.

Depuis quelques années, les problématiques vestibulaires sont de mieux en mieux connues et identifiées plus vite. L’impact des étourdissements et des pertes d’équilibre est énorme sur l’autonomie et la qualité de vie des personnes, en plus de nuire à leur progrès en réadaptation. Le programme AVC et autres neuros du Centre de réadaptation en déficience physique Lucie-Bruneau voit une augmentation des références en physiothérapie en lien direct avec cette réalité. De 40 à 60 % de la clientèle en physiothérapie présente des troubles vestibulaires à évaluer et à traiter.

Progrès concrets

De telles problématiques peuvent être d’origine périphérique (le système vestibulaire dans l’oreille interne) ou centrale (cerveau). Une bonne évaluation permet de cibler la cause des étourdissements et d’offrir un plan de traitement adapté à la condition de la personne atteinte. Actuellement, les professionnels doivent évaluer le tout à l’œil nu, faute d’équipement spécialisé. Par contre, certains tests cliniques doivent être réalisés avec des lunettes d’évaluation. Celles-ci empêchent la fixation visuelle pour bien diagnostiquer le problème. Leur acquisition raffinera les évaluations et éliminera les faux négatifs en lien avec la compensation par fixation visuelle. De plus, cela permettra l’autoformation entre pairs en analysant les enregistrements.

Par contre, le principal objectif reste de générer un impact significatif sur le plan de la fonction et de la qualité de vie des gens présentant ces troubles.

Effet positif exponentiel

En plus des personnes présentant une condition d’AVC, plusieurs clientèles sont servies à Lucie-Bruneau, dont des individus présentant des douleurs chroniques ainsi que des diagnostics de Parkinson ou de sclérose en plaques. Puisque les problématiques vestibulaires, qu’elles soient d’origine périphérique ou centrale, peuvent être présentes parmi toutes ces clientèles, les lunettes vestibulaires pourront être utilisées par tous les physiothérapeutes.

Acquisition d’un vélo adapté

La Fondation RÉA procure à des personnes limitées physiquement un vélo adapté valant 1 000 $.

Ce vélo adapté permet aux gens en réadaptation de recommencer à pratiquer un sport de façon sécuritaire tout en étant autonomes. Un des champs de travail en kinésiologie est de rendre les sports accessibles à tout type de clientèle avec des limitations physiques, à la suite d’un diagnostic médical : AVC, sclérose en plaques, douleurs, etc. Parmi les personnes qui pratiquaient souvent le vélo, plusieurs souhaitent recommencer de manière sécuritaire et adaptée à leur nouvelle condition. Le financement offert par la Fondation RÉA procure un appareil adapté à une clientèle aux prises avec des problèmes importants d’équilibre, coordination, parésie, faiblesse musculaire, endurance, etc. Il est désormais possible pour les kinésiologues de répondre à ce besoin et d’accompagner l’utilisateur dans la reprise de cette activité.

Le tricycle aide à se sentir tout de suite à l’aise et en équilibre, ce qui est impossible sur un vélo à deux roues. De plus, comme il possède six vitesses, cela permet de travailler à différentes intensités et de faire ainsi progresser le travail réalisé.

Enfin, la reprise des activités physiques après un diagnostic favorise l’intégration communautaire, poursuit l’amélioration des paramètres de la condition physique et diminue les facteurs de risque liés à la sédentarité.

Acquisition d’un appareil InVision Head Tracker

Un nouvel outil est désormais utilisé pour aider les traumatisés cérébraux crâniens. Grâce à un don de 5 165 $ d’Andrea et John David Miller à la Fondation RÉA, les victimes d’un traumatisme cérébral crânien et les gens souffrant de troubles d’équilibre bénéficieront d’un nouvel équipement de pointe.

En effet, l’Institut de réadaptation Gingras-Lindsay-de-Montréal (IRGLM) pourra acquérir un appareil Head Tracker. Comme son nom l’indique, cet outil détecte les mouvements de la tête. Placé sur celle de l’utilisateur, il permet d’évaluer leur impact sur son équilibre en position debout.

Le physiothérapeute spécialisé en rééducation vestibulaire peut ainsi offrir un service plus adapté et davantage précis à la clientèle de l’IRGLM. C’est notamment le cas pour les personnes ayant subi un traumatisme cérébral crânien ou souffrant de troubles d’équilibre debout affectant leurs activités quotidiennes.

Laboratoire de recherche hautement spécialisé

La Fondation RÉA finance la création d’un laboratoire de recherche hautement spécialisé à l’Institut Raymond-Dewar pour la réadaptation des personnes sourdes, sourdes-aveugles, présentant un trouble du langage ou un trouble de traitement auditif.

L’acquisition de technologies comme Neuroscan et Eyelink II permettra de mesurer les changements de l’activité cérébrale pendant des exercices d’écoute et des stimulations visuelles. Grâce au laboratoire, les professionnels pourront personnaliser les services de réadaptation, évaluer la valeur ajoutée des interventions, ajuster le soutien clinique, produire de nouveaux moyens de réadaptation et bâtir des projets de recherche sur l’expérience-client.

Près de 1 500 enfants, 400 adolescents et 2 700 adultes avec une surdité ou un trouble de traitement auditif, une surdicécité ou un trouble de langage sont actuellement utilisateurs à l’Institut Raymond-Dewar.

680000
$
Objectif
2024-2025
244000
$
Réalisé par ExoB2B